Top
 

VISITE DE PARME, REINE DE LA MUSIQUE : GIUSEPPE VERDI

per person

GIUSEPPE VERDI, MUSIQUE ET THÉÂTRES

Le théâtre est rêve, fiction, illusion, misère et splendeur éphémère.
Il suffit de deux notes et d’une voix pour évoquer l’amour, la passion et la douleur.

Dans ce tour consacré à Parme et la musique, je vous accompagnerai à la découverte de Giuseppe Verdi et de son univers, en vous racontant la vie et les œuvres de celui qui, originaire de Roncole di Busseto, un village de la basse plaine du Po, brûlant en été, glacé et brumeux en hiver, est devenu l’un des plus grands compositeurs de tous les temps.

Un hameau autour d’une petite église : voilà à quoi ressemble encore aujourd’hui Roncole. La maison où est né Giuseppe Verdi donne sur la place. C’est une demeure simple qui n’a pas changé depuis 1813 selon la volonté des marquis Pallavicino.

Notre visite à la découverte de Giuseppe Verdi commence par là et par la petite église Saint-Michel où le petit Giuseppe a été baptisé. Les anciens fonts baptismaux, l’orgue, l’autel sont encore ceux qui l’ornaient lorsque l’enfant musicien servait la messe et jouait pour ses compatriotes.

Les terres de Giuseppe Verdi

En nous déplaçant à seulement six kilomètres à l’ouest, nous arrivons à la ville de Busseto, où le temps semble s’être arrêté.
La rue principale à arcades, la Collégiale, les frises en terre cuite des XVe et XVIe siècles, rythment la Piazza, où se détache la statue du Maestro, observant ses compatriotes avec un air absorbé et sévère.

Giuseppe Verdi, après ses premières études à Busseto, a continué à apprendre la musique à Milan, où il a découvert la vocation pour l’Opéra, soutenu économiquement et moralement par Antonio Barezzi, un commerçant de Busseto passionné de musique. Les deux hommes ont été liés toute leur vie par une profonde estime et une grande amitié ainsi que par la gratitude de Verdi.

Une visite de la maison Barezzi, du petit théâtre Verdi et une promenade jusqu’à la charcuterie Baratta évoquent une époque lointaine faite de passions musicales et d’attachement aux racines que Giuseppe Verdi n’a jamais coupées.

Trois kilomètres plus loin, après avoir traversé le torrent Ongina, on arrive à l’endroit le plus « verdien » qui soit : la villa Verdi à Sant’Agata.
Ce domaine a été acheté par le Maestro pour y passer sa vie avec sa seconde épouse, la bien-aimée Giuseppina, sa compagne, amie et conseillère musicale.

À la villa Sant’Agata tout est resté tel que l’a laissé le Maestro lorsqu’il est parti pour son dernier voyage.
Encore habitée aujourd’hui par ses héritiers, elle est soignée et entretenue dans toutes ses parties avec beaucoup d’amour. Des pièces de Verdi et de Giuseppina au jardin, en passant par la remise des fabuleux carrosses, vous pouvez vous promener et découvrir l’intimité du Maestro.

Les théâtres de Parme

Parme et Verdi sont unis par un mince fil rouge qui part de la province, Roncole et Busseto, traverse l’Ongina, se dénoue à Sant’Agata pour se reconnecter dans la petite capitale et découvrir qu’ici musique et théâtre sont chez eux.

Les théâtres sont les écrins de l’art du spectacle et, au fil des siècles, leur forme et leur emplacement ont changé en fonction de l’évolution de la société.
À Parme, le théâtre Farnèse force l’admiration.

Il a été construit en 1618. Il a été voulu par Ranuce I Farnèse pour impressionner Cosme de Médicis et montrer l’importance et la culture de la famille Farnèse. Il s’agissait autrement dit d’une carte de visite qui devait encourager Cosme à consentir au mariage de leurs enfants respectifs : Édouard et Marguerite.

Le théâtre, édifié en bois et en stuc, a été conçu par l’architecte de Ferrare Giovan Battista Aleotti.
Le bois était peint pour ressembler à du marbre, avec des veines qui augmentaient l’illusion et des statues éphémères de divinités étaient réalisées en travaillant le plâtre et le chiffon. Mais la véritable « invention » du théâtre de cour parmesan est la scène ample, large et haute qui permet d’abriter les coulisses mobiles et la machinerie scénique ; le théâtre se libère ainsi définitivement de la scène fixe d’origine classique.
Ce n’est qu’en le visitant accompagnés d’un guide que vous pourrez profiter pleinement de l’esprit du lieu.

L’autre théâtre célèbre de Parme est le théâtre royal, le « Regio ».

On dit souvent que ”… on ne peut pas aller à Parma et ne pas visiter le Regio…”
C’est un théâtre à l’italienne typique du XIXe siècle, divisé en loges où le public est disposé de façon hiérarchique.

Or, velours rouge, stucs et profusion de lumières étourdissantes. Il fut inauguré en 1829 par Marie-Louise d’Autriche, seconde épouse de Napoléon qui régna sur le duché de Parme, Plaisance et Guastalla entre 1816 et 1847. À l’époque de la « bonne duchesse » comme l’appellent les Parmesans, les couleurs étaient le bleu et le blanc tendre tandis que l’or ornait avec une discrète élégance l’ensemble de la structure néoclassique.

La lignée légitime des Bourbon, retournée à Parme après la mort de Marie-Louise, le modernisèrent selon le style exubérant néo-Renaissance en vogue au milieu du XIXe siècle.
Le cœur du théâtre Regio a été et est toujours la légendaire galerie, d’où les connaisseurs expriment avec vigueur combien ils apprécient ou désapprouvent le spectacle.

La musique à Parme est entrée dans le tissu populaire au moment de la fondation de l’Hospice des arts, un internat pour les orphelins à qui l’on enseignait le travail artisanal, tandis que les enfants trouvés aveugles bénéficiaient de leçons de violon.
Des cours de chant choral étaient réservés aux enfants les plus doués qui chantaient pour la duchesse dans la chapelle de la cour. Plus tard, il a été créé l’école de musique pour les jeunes filles pauvres. Les frais de ces écoles étaient pris en charge par le Trésor ducal.

Lorsque les jeunes avaient atteint un bon niveau, ils étaient tenus de jouer dans l’orchestre ou de chanter dans le chœur du théâtre Regio. Les revenus gagnés par les étudiants avec leur art au service du Théâtre étaient mis de côté et leur étaient remis lorsqu’ils atteignaient l’âge de dix-huit ans, afin qu’ils puissent affronter la vie avec un pécule.

Dans le petit duché, les écoles de musique se multiplièrent pour pallier la misère : les jeunes apprenaient la musique et pouvaient émigrer avec un métier en main, celui de musicien. Ils émigrèrent par centaines. On disait que dans tous les théâtres du monde, on pouvait sentir l’odeur du parmesan.

L’école de musique de l’Hospice des arts a donné par la suite naissance à l’École royale de musique qui est devenue plus tard le célèbre conservatoire Arrigo Boito où Arturo Toscanini a étudié et obtenu son diplôme de violoncelle. C’est là que commence l’histoire du plus grand chef d’orchestre du XXe siècle.

Les tours organisés par Parma Visite Guidate

J’ai choisi pour vous les lieux les plus significatifs et les plus exaltants pour découvrir la relation de Parme avec la musique et le divertissement et la vie de Giuseppe Verdi.

À Parme:

  • le théâtre Farnese
  • le théâtre Regio
  • le conservatoire Arrigo Boito
  • la maison natale d’Arturo Toscanini
  • L’auditorium Paganini

Les terres de Giuseppe Verdi:

  • la maison natale de Giuseppe Verdi à Roncole Verdi
  • l’église Saint Michel Archange à Roncole Verdi
  • le théâtre Verdi à Busseto
  • la maison Barezzi à Busseto
  • la villa Verdi à Sant’Agata
DEMANDEZ UNE VISITE

 

Durée: entre 3 et 6 heures
  • Destination
  • Départ
    Piazza Garibaldi
  • Inclus
    VISITE DE PARME, REINE DE LA MUSIQUE : GIUSEPPE VERDI
  • Non inclus
    Transfert
    Entrées
    Déjeuner

WRITE A REVIEW